Pourquoi Chrono24 ? Se connecter

La Rolex Datejust 36 mérite plus d’attention – nous vous expliquons pourquoi !

Pascal Gehrlein
09.07.2019
La Rolex Datejust 36 mérite plus d'attention - nous vous expliquons pourquoi !
La Rolex Datejust 36 mérite plus d'attention - nous vous expliquons pourquoi !

 

La Rolex Datejust est la première Rolex que j’ai voulu m’acheter à tout prix. C’était une Rolex Datejust 16013 de 1983 – oui, le modèle avec un cadran serti de diamants ! Je me suis dit que tant qu’à faire dans le cliché, autant aller jusqu’au bout. Elle a été suivie d’une Datejust référence 1603 de 1977, avec un cadran argenté. J’adore cette montre chic mais pas trop, que je peux porter sans problème au quotidien. Les nouvelles versions de la Datejust, en particulier la Datejust II de 41 mm de diamètre ou les variantes bicolores de 36 mm en or Everose avec bracelet Oyster présentées l’année dernière, ne m’ont pas vraiment convaincu. J’étais donc d’autant plus impatient d’attendre de voir que ce que nous réservait la nouvelle version de la traditionnelle 36 mm avec cadran noir et bracelet Jubilé.

 

 

Baselworld 2019

Comme l’année précédente, la GMT-Master II a été la coqueluche de nombreux médias et réseaux sociaux, au point d’éclipser le lancement des autres modèles Rolex (et d’autres marques) lors du Baselworld 2019. Cette popularité est en partie compréhensible : la rareté de la montre (en grande partie due à la stratégie Rolex), les discussions controversées entourant le passage du bracelet Oyster au bracelet Jubilé et le battage médiatique qui entoure actuellement les modèles sportifs Rolex laissent peu de place aux autres garde-temps. À première vue, la nouvelle Rolex Datejust référence 126234 (successeur de la 16234) n’est pas aussi intéressante que sa grande sœur et n’a pas encore reçu de surnom. Il s’agit « simplement » d’une montre-bracelet à l’élégance intemporelle, pour laquelle la marque ne prend aucun risque.

 

La Rolex Datejust est-elle la montre-bracelet la plus complète ?

Je ne m’attirerai pas les foudres en affirmant que la Datejust est LA montre Rolex par excellence. Gracieuse mais robuste, elle dégage une certaine autorité. Ce point est confirmé par les nombreuses innovations ajoutées pour la première fois en exclusivité sur la Datejust. L’affichage de la date et, plus tard, la correction rapide de la date (date Quickset) ne sont que quelques-uns des développements importants qui ont été réservés pour la première fois à Datejust en 1945. C’est précisément la référence 4467 qui est entrée dans l’histoire comme la première montre avec date à guichet : à minuit, l’horloge règle automatiquement la date au jour suivant. Ce n’est toutefois qu’à partir de 1954 qu’il sera possible de lire la date sur la loupe Cyclope. Ce modèle, dont le cadran n’était alors pas encore pourvu du nom Datejust, est sorti à l’occasion des 40 ans de l’entreprise et compilait en une seule montre les jalons atteints par la marque genevoise. Il s’agit par exemple du boîtier étanche Oyster, du mouvement perpétuel avec mécanisme automatique breveté et de la précision certifiée par chronomètre. À cette époque, acheter une Datejust revenait à acquérir une montre qui semblait capable de tout : affichage de la date, étanchéité, 36 mm de diamètre et le choix entre un boîtier en acier inoxydable avec lunette en or blanc ou en or jaune. Rolex a apporté très peu de modifications au design de base de la montre, conformément à son principe de « faire évoluer au lieu de révolutionner ». Dans les années suivantes, Rolex a renouvelé uniquement les mouvements à remontage automatique et a commencé à utiliser le verre saphir au début des années 70. En 1977, les propriétaires de Datejust ont accueilli à bras ouvert le mécanisme « Quickset », mettant fin au réglage de la date en tournant un bouton. Les améliorations progressives et pratiques sont une autre marque de fabrique de Rolex. La Datejust est par ailleurs la montre offrant la plus grande variété de la collection Rolex : vous avez le choix entre différents matériaux, couleurs de cadran et index romains ou arabes.

 

 

Les modèles Datejust actuels

En 2009, le lancement de Rolex Datejust II a permis à Rolex de s’écarter pour la première fois du format 36 mm en proposant une version de 41 mm de diamètre. Certains diront que la plus grande Datejust est plus contemporaine et que ce nouveau diamètre était attendu depuis bien longtemps, mais je trouve que la Datejust a perdu son élégance et ses proportions délicates.

Il est donc d’autant plus réjouissant de voir que Rolex a revisité l’Oyster Perpetual Datejust 36 en 2018 – et en a profité pour l’équiper du nouveau calibre 3235. La Datejust 36 avec lunette en acier inoxydable et Rolesor (or blanc Rolex) avec cadran noir a suivi cette année. Ce choix m’a particulièrement plu : même si la Datejust est une montre relativement répandue, j’ai retrouvé peu de modèles avec cadrans noirs dans mon entourage. Cette version est par ailleurs beaucoup plus adaptée à une utilisation quotidienne et plus abordable que la version or Everose et acier lancée en 2018. Avec cette variante, Rolex revient à ses débuts en proposant un boîtier unisexe de 36 mm de diamètre, à la fois robuste et élégant. Comparé aux modèles bicolores les plus récents et parfois plus extravagants ou aux modèles sportifs tels que la Sea-Dweller ou la Yachtmaster, la Datejust est plus sobre et ne risque pas de se démoder de sitôt. Cette montre est un exemple parfait de ce que de nombreux passionnés de montres aiment – et ce qui est source d’incompréhension totale chez d’autres : une évolution constante, de petites optimisations et des ajustements de détails au lieu de faire table rase à chaque nouveau modèle.

 

 

Le boîtier étanche à 100 mètres et le cadran noir finition satinée soleil sont protégés par un cristal de saphir. Comme tous les nouveaux modèles Datejust, cette montre est alimentée par le nouveau calibre de manufacture 3235. Ce mouvement à remontage automatique possède 70 heures de réserve de marche et est bien sûr un « Superlative Chronometer » avec une précision de -2/+2 secondes par jour. À mes yeux, le véritable point fort des Datejust est le bracelet Jubilé, sur lequel les trois maillons internes sont polis alors que les maillons externes sont satinés – et donc moins sujets aux rayures. Si l’esthétique et la valeur de reconnaissance de la montre ont été préservées, des améliorations technologiques ont été apportées. La rallonge Easylink permet d’ajouter ou de retirer jusqu’à 5 mm au bracelet, sans avoir à le démonter et à ajuster les maillons. Les possesseurs de modèles vintage remarqueront la différence entre le présent et le passé. Les modèles vintage sont à mon avis plus facile à porter, en quelque sorte moins « précieux » que les nouveautés munies du dernier bracelet. Plus massifs et plus robustes grâce à leur teneur en stretch, les nouveaux bracelets possèdent de nombreuses caractéristiques pratiques.

 

En résumé

Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis déçu. En tant qu’amateur de modèles anciens de la Datejust, tels que la référence 1601 (également avec cadran noir) ou la 1603, la montre parfaite au quotidien, aucun des modèles Datejust parus au cours des dernières années n’a vraiment justifié l’achat d’une nouvelle montre. Les modèles étaient à mon goût trop massifs, trop exubérants et au final trop éloignés du flair d’origine du modèle. Mêlant design original et technologie moderne, la référence 126234 est cependant venue changer radicalement la donne !

 

Lire la suite

Rolex : la marque de tous les superlatifs

Daytona, Explorer, GMT, Datejust : Chrono24 vous parle des montres Rolex

Chrono24 Talks – Nos collègues new-yorkais


Pascal Gehrlein
De Pascal Gehrlein
09.07.2019
Voir tous les articles

Zoom sur