Se connecter

Top 5 des montres pour les expéditions extrêmes

Jorg Weppelink
13.12.2018
Top 5 des montres pour les expéditions extrêmes

 

Dans cet article, nous irons dans le Nord du Groenland, nous explorerons les fonds marins, nous escaladerons les montagnes les plus pentues du monde, nous marcherons dans l’espace et nous survolerons la Manche. Nous effectuerons ces voyages en compagnie de 5 montres, figures phares de ces expéditions majeures. Une chose est sûre : les records du monde ont presque tous été accomplis avec une montre.

 

1. Expédition britannique dans le Nord du Groenland

En 1952, une équipe d’exploration composée de militaires britanniques, de scientifiques et d’un officier de l’armée danoise embarque pour une mission ayant pour objectif de faire des recherches géologiques, météorologiques, climatologiques et physiologiques dans le Nord du Groenland. Pendant leurs deux années passées au Groenland, les chercheurs, emmenés par le commandant James Simpson RN, enregistrent une température record de -66,1°C, découvrent que la couche de glace au Groenland mesure 2700 mètres de profondeur, et apprennent que le corps humain a besoin de 8 heures de sommeil par nuit.

Pendant leur expédition, ces explorateurs portent tous une Tudor Oyster Prince (réf. 7809). Le créateur de Rolex et Tudor, Hans Wilsdorf, demandent même aux hommes de communiquer à l’entreprise leur ressenti sur les performances de la montre. Les hommes tiennent un journal de bord comparant la précision de leurs montres aux signaux horaires quotidiens diffusés par la BBC. Les montres se sont avérées très fiables. Une fois les journaux de bord remis à la marque, Tudor utilise les résultats pour faire de l’Oyster Prince un succès. Aujourd’hui, la Tudor Oyster Prince n’est pas aussi recherchée que certains de ses homologues Rolex, mais les réalisations de Tudor n’en sont pas moins impressionnantes.

 

 

2. Explorations marines de Jacques-Yves Cousteau

De nombreuses montres sont étroitement liées au célèbre explorateur des fonds marins Jacques-Yves Cousteau et à l’équipage du Calypso. Parmi les plus célèbres, la Blancpain Fifty Fathoms, la Rolex Submariner et l’Omega Seamaster Ploprof. Autre montre portée par Cousteau lors de ses fréquentes immersions, la Doxa SUB 300T. Le cadran orange si distinctif du modèle d’origine attire l’attention de Cousteau. Il finit par faire inscrire le logo noir et jaune de son entreprise Aqua Lung sur le cadran orange pour une édition spéciale lancée aux États-Unis.

Si la SUB 300 est introduite par Doxa en réponse à la popularité grandissante de la plongée sous-marine, personne au sein de l’entreprise n’avait prédit que la montre serait le choix de prédilection de l’équipe de plongée la plus célèbre de l’époque. En plus de la version à cadran orange, Cousteau, ses fils Jean-Michel et Philippe, et d’autres membres de l’équipage sont également souvent aperçus avec la version Sharkhunter noire lors de leurs explorations. Tout cela a largement contribué à booster la popularité et la crédibilité de Doxa. Si vous souhaitez vous procurer l’un des modèles d’origine de Cousteau ou de son équipage, il faudra s’armer de patience et avoir les poches bien remplies.

 

Doxa Sub 300T
Doxa Sub 300TPhoto : FratelloWatches

 

3. Louis Blériot survole la Manche

En 1908, le journal anglais Daily Mail lance un défi à ses lecteurs : le premier homme capable de traverser la Manche par les airs se verra attribuer une coquette somme d’argent. Les tentatives ont lieu dans l’ordre d’inscription. Hubert Latham se lance donc avant Louis Blériot. Sa tentative se solde par un atterrissage en catastrophe et c’est donc à Blériot de tenter sa chance pour parcourir les 40 km qui séparent Calais de Douvres. À l’époque, une telle distance semble impossible à parcourir.

Le 25 juillet 1909 à 4h41, Blériot s’envole à bord de son Type XI, une montre Zenith au poignet — modèle qui précède la Zenith Type 20 introduite dans les années 1930. La marque fournissait de nombreux pilotes d’avion au début des années 1900. La Zenith de Blériot se caractérise par sa couronne cannelée en or massif, ses aiguilles et chiffres lumineux, caractéristiques typiques des montres d’aviateurs de l’époque. Trois ans après avoir traversé la Manche, Blériot fait parvenir cette note à Zenith : « Je suis très satisfait de la montre Zenith dont je me sers habituellement et je ne saurais trop la recommander aux personnes qui ont le souci de l’exactitude. » Des mots forts venant d’un homme qui vient d’accomplir un exploit.

 

 

4. Uno Lacedelli et Achille Compagnoni au sommet du K

Si certains pensent que le Mont Everest est le sommet le plus difficile à escalader au monde en raison de sa hauteur, les alpinistes vous diront que le K2 est en réalité le plus éprouvant. Si l’ascension de l’Everest par Edmund Hillary et Tenzing Norgay fait débat, notamment au sujet des montres qu’ils portaient, la première montre à avoir vu le sommet du K2 ne fait aucun doute.

En 1954, 14 alpinistes italiens partent en mission spéciale pour célébrer le 90e anniversaire du Club d’Alpinisme Italien : ils veulent devenir les premiers à escalader le K2. À leur poignet, des montres Vulcain Cricket. Les montres Vulcain étaient reconnues pour leur résistance aux conditions les plus extrêmes. L’expédition a installé son camp de base au pied du deuxième plus haut sommet du monde, situé dans une partie isolée de la frontière entre la Chine et le Pakistan. Le 31 juillet 1954, Uno Lacedelli et Achille Compagnoni, accompagnés de leurs montres Vulcain Cricket, deviennent les premiers hommes à atteindre le sommet du K2 qui culmine à 8611 mètres d’altitude. Il s’agit d’un exploit incroyable jusqu’à ce jour, si l’on en croit la réputation du K2, considéré comme le sommet le plus dangereux du monde. Nous savons également que leurs Vulcain Cricket ont joué un rôle central dans cet exploit improbable.

 

 

5. Alexeï Leonov mène la première mission spatiale

Nous savons tous que l’Omega Speedmaster Professional est la première montre à être allée sur la Lune — il s’agit probablement de l’anecdote la plus célèbre de toute l’histoire des montres. Mais la première montre à être allée dans l’espace est la Poljot Strela. À sa sortie de Voskhod 2 le 18 mars 1968, l’astronaute russe Alexeï Leonov porte ce garde-temps et devient le premier homme à réaliser une sortie extravéhiculaire dans l’espace.

La sortie dans l’espace de Leonov ne se déroule pas sans encombre. En réalité, sa combinaison spatiale commence à mal fonctionner dès sa sortie du vaisseau spatial Voskhod 3KD. Elle commence à gonfler et à se raidir presque immédiatement. Sa sortie dans l’espace dure 12 minutes et 9 secondes, mais avant de regagner le sas du vaisseau spatial, il doit dépressuriser manuellement sa combinaison. À l’intérieur, il doit faire face à d’autres problèmes avant que lui et son collègue cosmonaute, Beyayev, ne puissent enfin prendre place pour l’atterrissage. Conséquence : un retard de 46 secondes dans la procédure d’atterrissage. L’engin spatial manque donc sa zone d’atterrissage de près de 400 km et atterrit dans la partie très boisée de l’Oural occidental, où vivent des ours et des loups et où les températures sont dangereusement basses. L’équipe de secours n’intervient que le lendemain. Malgré tous ces défis, le chronographe Poljot Strela de Leonov s’est parfaitement comporté, l’érigeant ainsi au rang de première montre dans l’espace et de garde-temps légendaire.

 

Poljot Strela Chronograph
Poljot Strela Chronograph

 

Lire la suite

Top 10 des montres les plus folles

Une montre, deux logos : comment certaines marques parviennent à afficher leur logo sur les cadrans de certains garde-temps

Montres d’entrée de gamme de 10 grandes marques


Jorg Weppelink
De Jorg Weppelink
13.12.2018
Voir tous les articles

Zoom sur