Se connecter

L’industrie horlogère : le bal des marques et des PDG

Tom Mulraney
09.10.2019
Immersion au sein de l'industrie horlogère de luxe

 

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi la dernière innovation d’une manufacture horlogère est soudainement utilisée par plusieurs de ses concurrents supposés ? Ou pourquoi certaines marques exposent uniquement au SIHH et pas au Baselworld ou vice-versa, voire nulle part ? Vous n’êtes pas seul. Nombreux sont les nouveaux arrivants dans le monde des montres de luxe à rapidement comprendre que certaines marques collaborent. Cela contredit les affirmations selon lesquelles l’industrie serait très fragmentée, composée de dizaines de manufactures dédiées, chacune avec sa propre histoire et son catalogue unique. À une certaine époque, c’était pourtant effectivement le cas.

Cependant, après plusieurs périodes de consolidation ayant commencé avec la crise du quartz et qui se sont poursuivies sur plusieurs décennies, la majorité des marques que vous connaissez et appréciez sont désormais détenues par une poignées de multinationales du luxe. Et oui, même celles que vous pensiez indépendantes.

 

Qui sont les acteurs clés ?

Who are the key players?
Qui sont les acteurs clés ?

 

En Europe, les groupes majeurs sont :

  • LVMH Moet Hennessy : Bulgari, Hublot, TAG Heuer, Zenith
  • KERING : Girard-Perregaux, JeanRichard, Ulysse Nardin
  • RICHEMONT: A. Lange & Söhne, Baume & Mercier, Cartier, IWC Schaffhausen, Jaeger-LeCoultre, Montblanc, Officine Panerai, Piaget, Roger Dubuis, Vacheron Constantin, Van Cleef & Arpels
  • SWATCH Group : Blancpain, Breguet, Certina, Glashütte Original, Hamilton, Harry Winston, Jaquet Droz, Longines, Mido, Omega, Rado, Swatch, Tissot, Union Glashütte

 

En Asie, les deux groupes majeurs sont :

  • Citizen Watch Co.: Alpina, Arnold & Son, Bulova, Citizen, Frédérique Constant
  • Seiko: Credor, Grand Seiko, Orient, Seiko

 

(Note : presque tous les groupes susmentionnés possèdent d’autres marques encore. Cependant, comme elles n’entrent pas réellement dans la catégorie des montres de « luxe », j’ai décidé de ne pas les mentionner ici.)

 

Il y a aussi quelques grands groupes aux États-Unis. Parmi les plus connus, citons Fossil et Movado, mais il ne s’agit pas de groupes de luxe à proprement parler.

Vous avez probablement remarqué l’absence de certains noms dans les listes ci-dessus. Véritables piliers de l’industrie, chacun de ces grands groupes serait sûrement prêt à vendre un rein (ou plus) pour les accueillir dans leurs rangs. Les trois plus grands noms sont Rolex (qui possède également Tudor), dont les ventes sont estimées à 5,4 milliards CHF en 2018, Patek Philippe (1,45 milliard CHF) et Audemars Piguet (1,05 milliard CHF). Malgré certaines rumeurs récentes et persistantes (surtout concernant Patek), aucune de ces marques ne sera vendue de sitôt.

 

Qui tire les ficelles ?

La plupart des marques de ces grands groupes opèrent en autonomie, avec leurs propres PDG et cadres dirigeants en place. Du moins, ça en a tout l’air. Comme beaucoup de secteurs nourris par la passion et l’émotion, de nombreuses spéculations circulent autour de celui ou celle qui tire les ficelles en coulisse. Pour être honnête, certains dirigeants sont bien plus connus que d’autres ce qui donne l’impression (juste ou erronée) qu’ils ont plus d’influence. Ils se faufilent au sein de l’industrie avec une facilité déconcertante. Citons quelques noms dont vous avez probablement déjà entendu parler :

 

 

Jean-Claude Biver : véritable légende de l’industrie, JCB est considéré comme l’une des personnalités les plus influentes de l’horlogerie. Il est actuellement président non exécutif de la division montres de LVMH, il siège également au conseil d’administration de Hublot et Zenith. Il est particulièrement connu pour avoir remis la marque Hublot sur le chemin du succès. Il a également redynamisé Blancpain dans les années 1980 et joué un rôle majeur dans la rectification de trajectoire d’Omega dans les années 1990.

Thierry Stern : Représentant de la quatrième génération de la famille Stern à la tête de Patek Philippe, Thierry Stern est un géant de l’industrie. Depuis qu’il a repris la présidence à la place de son père Philippe en 2009, Thierry a perpétué la tradition de la marque dans la création de montres innovantes au design classique. Quelques surprises ont également ponctué le programme, comme l’Alarm Travel Time réf. 5520P. Thierry a récemment fait quelques vagues en confirmant dans une interview donnée à Hodinkee qu’il n’avait pas l’intention d’augmenter substantiellement la production des modèles Nautilus en acier malgré la très forte demande. Au lieu de quoi, il a décidé de réduire le réseau de revendeurs de Patek de près d’un tiers, une décision dévastatrice pour ceux qui dépendent fortement de la marque.

Raynald Aeschlimann : Raynald Aeschlimann a repris la présidence et la direction d’Omega en 2016. Depuis lors, la marque atteint des sommets. Omega n’a cessé de se renforcer. La marque a développé ses capacités de fabrication, créé la montre de plongée évoluant dans les plus grandes profondeurs marines, et conçu la dernière Speedmaster, sortie en juillet 2019 pour célébrer le 50e anniversaire de l’alunissage. Cela ne fait aucun doute, l’horloger a largement profité de son intégration au Swatch Group, surtout côté développement de composants pour ses montres. Mais il ne faut pas sous-estimer le charme ni le dynamisme d’Aeschlimann. Souvent photographié lors d’événements Omega dans le monde entier, il a probablement l’agenda le plus chargé de tous les dirigeants de l’industrie.

 

 

Georges Kern : c’est à tout juste 36 ans que Georges Kern se voit confier la direction d’IWC Schaffhausen, devenant ainsi le plus jeune PDG du groupe Richemont. Au cours des 15 années suivantes, il transforme la marque qui passe d’une manufacture niche à vocation restreinte à une marque connue et appréciée dans le monde entier. Les ventes sont passées de 40 à près de 800 milliards de dollars, érigeant la marque au rang des plus fructueuses du groupe Richemont. Les cartes ayant été massivement rebattues au sein du groupe en 2016, il est promu à la tête du tout nouveau département horlogerie, marketing et numérique. Quatre mois plus tard, il démissionne brutalement. Une semaine après, il est nommé PDG et actionnaire minoritaire de Breitling. L’industrie scrute désormais ses moindres faits et gestes, s’émerveillant de le voir transformer la marque inspirée de l’aviation en un poids lourd bien huilé de l’horlogerie.

 

 

Chabi Nouri: Parmi les très rares femmes à occuper le poste de PDG au sein du groupe Richemont, et plus largement dans l’industrie horlogère, Chabi Nouri fait exception à la tête de Piaget. Une place plus que méritée ! Préalablement directrice générale des ventes et du marketing à l’international chez Piaget, elle a joué un rôle déterminant dans la croissance et le succès de la marque. L’an passé, elle a fait les gros titres du monde entier en introduisant la montre mécanique la plus fine au monde, la Piaget Altiplano Ultimate Concept de 2 mm uniquement. Elle a également poussé son équipe à créer la Piaget Altiplano Ultimate Automatic 910P, la montre automatique la plus fine au monde, mesurant 4,3 mm d’épaisseur.

 

Il s’agit uniquement d’une petite sélection de personnalités pionnières et inspirantes qui rendent l’industrie horlogère de luxe si fascinante. Elles ont parfaitement saisi que la combinaison passion et innovation nous incitera à en demander toujours plus – et pour ça, nous pouvons leur dire merci.

 

Lire la suite :

Les marques indépendantes haut de gamme à saisir absolument

Personnalités de l’industrie horlogère : Philippe Dufour

Des bijoux, des vêtements et désormais des montres de luxe : quelle crédibilité pour ces marques ?

###

Tom Mulraney
De Tom Mulraney
09.10.2019
Voir tous les articles

Zoom sur