06/21/2022 | Mis à jour le : 06/21/2022
 6 minutes

Les montres de légende sorties des circuits de production

Par Tom Mulraney
Tutoriels, reviews, talks, interviews, découvrez toutes nos vidéos sur notre chaîne YouTube !

Si votre montre favorite n’est plus en production, cela ne la rend pas forcément inaccessible, bien au contraire. Mais il vous faudra faire preuve de persévérance.

En tant qu’êtres humains, nous avons tendance à apprécier la valeur des choses uniquement lorsque nous en sommes privés, plutôt que de profiter de ce que nous avons tant que nous l’avons.

C’est un sentiment que les amateurs de montres connaissent trop bien : un nouveau modèle fait son apparition, il nous plaît mais peut-être pas au point de l’acheter immédiatement. Nous avons parfois besoin d’un peu de temps pour nous habituer aux changements et aux nouveaux designs audacieux (… ou pas). Et quand nous sommes enfin en capacité d’affirmer que la montre nous plaît au point de l’acheter, la série limitée est en rupture de stock ou le modèle n’est plus produit, remplacé par un autre, et voilà que nous le désirons d’autant plus. Alors, faut-il débourser une somme exorbitante sur le marché de l’occasion ou se contenter de rêver de la montre idéale, désormais indisponible chez les revendeurs officiels ? Pour répondre à cette question, passons en revue trois garde-temps très spéciaux qui ne sont plus en production.

Montre no 1 : la Jaeger-LeCoultre Grande Reverso Ultra Thin Tribute to 1931

Cette Jaeger-LeCoultre Reverso est sans aucun doute l’une des montres de luxe rectangulaires les plus emblématiques au monde – si ce n’est la plus emblématique. Présentée en 1931, il s’agit de la première montre réellement sportive pensée pour les joueurs de polo afin qu’ils puissent la porter pendant les matchs. Le cadran rotatif au fond solide en acier peut en effet être retourné pour protéger le verre de la montre lors des matchs.

Le design initial a rencontré un tel succès que ses fondamentaux ont été repris tels quels des années durant, même s’il existe actuellement de nombreuses versions de la Reverso. On la porte aujourd’hui plutôt comme une montre de soirée que de sport, bien que la marque JLC demeure très présente dans le milieu du polo.

En 2011, la manufacture suisse décide de célébrer le 80e anniversaire de la Reverso en présentant l’Ultra Thin Tribute to 1931 (réf. 2788570). Dotée d’un boîtier rectangulaire pivotant en acier mesurant 46,8 x 27,4 mm et seulement 7,2 mm d’épaisseur, le véritable atout de l’Ultra Thin Tribute to 1931 réside dans sa simplicité. Plutôt que de créer un modèle trop élaboré ou tape-à-l’œil, Jaeger-LeCoultre choisit de rester fidèle au design Art déco original.

Jaeger-LeCoultre Reverso 1931
La Jaeger-LeCoultre Grande Reverso Ultra Thin Tribute to 1931

Le cadran noir arbore des aiguilles et des index horaires en forme de bâtonnets recouverts d’une fausse patine luminescente qui donne au modèle des allures vintage. De même, le nom de la marque est absent du cadran, seul le mot « REVERSO » apparaît à 12 heures. Au dos de la montre, on trouve un solide fond en acier très similaire à celui du modèle d’origine. La montre est équipée d’un calibre de manufacture exceptionnel à remontage manuel, le JLC 822. Comme toutes les montres Jaeger-LeCoultre, elle a subi plus de 1 000 heures de tests en interne, réalisés sur l’ensemble de la montre et pas uniquement sur le mouvement (comme le fait le COSC).

Très appréciée pour son boîtier extrêmement fin et ses allures vintage, la Jaeger-LeCoultre Grande Reverso Ultra Thin Tribute to 1931 n’est malheureusement plus produite, mais on peut encore trouver des exemplaires en excellent état sur le marché de l’occasion.

Montre no 2 : la Rolex Sea-Dweller 4000 (réf. 116600)

Rolex Sea-Dweller, Image: Bert Buijsrogge
Rolex Sea-Dweller, photo : Bert Buijsrogge – voir les annonces sur Chrono24

L’industrie suisse du luxe est célèbre pour sa réticence en matière de changement. Bien souvent, les manufactures proposent le même modèle des années durant, se contentant de modifications mineures telles que la couleur du cadran sans créer de modèle réellement nouveau. Rolex en est un parfait exemple, tant les modifications se font rares. Rolex n’est pas uniquement l’une des marques horlogères les plus emblématiques au monde, elle est aussi l’une des plus cohérentes. Les collectionneurs sont donc particulièrement attentifs lorsque quelque chose d’inattendu se produit.

Ce fut le cas en 2008, lorsque Rolex a décidé de sortir sa Sea-Dweller référencée 16600 des circuits de production et de la remplacer par l’imposante Deepsea Sea-Dweller (DSSD) référencée 116660 et mesurant 44 mm de diamètre. Pour la première fois dans l’histoire du modèle, aucune Sea-Dweller traditionnelle n’était disponible dans le catalogue de Rolex, faisant grimacer de nombreux fans. Il fallut patienter six ans pour que Rolex remette sa Sea-Dweller au programme et présente la Sea-Dweller 4000 (réf. 116600) au Baselworld de 2014.

Rolex Sea-Dweller, Image: Bert Buijsrogge

Rolex Sea-Dweller, photo : Bert Buijsrogge

À l’image du modèle d’origine, cette nouvelle version arbore un boîtier de 40 mm de diamètre, plus petit et plus fin que celui de la DSSD. Cependant, elle affiche de nombreuses modifications, comme la nouvelle lunette en céramique Cerachrom, un grand cadran (« Maxi Dial ») avec des index et des aiguilles plus larges et recouverts de pâte luminescente lui octroyant un look très moderne, ainsi qu’un cadran bleu Chromalight breveté par Rolex pour une meilleure visibilité dans l’obscurité. La montre bat au rythme du calibre 3135, est munie d’un guichet de la date à 3 heures, et est bien entendu dépourvue de loupe Cyclope.

Trois petites années plus tard, Rolex arrête pourtant la production de la Sea-Dweller référencée 116600 et la remplace par la Sea-Dweller référencée 126600 introduite lors du Baselworld de 2017. Ce modèle est non seulement plus large (43 mm), mais il arbore désormais une loupe Cyclope qui surplombe le guichet de la date à 3 heures, une caractéristique inédite pour une Sea-Dweller.

Si certains apprécient réellement la nouvelle direction empruntée par Rolex avec la Sea-Dweller, d’autres ne partagent pas cet enthousiasme. Heureusement, on peut encore trouver des exemplaires de la Sea-Dweller 4000 (réf. 116600) sur le marché de l’occasion, malgré ses trois brèves années de production. Les prix ne faisant néanmoins qu’augmenter, renseignez-vous le plus tôt possible si vous souhaitez ajouter ce modèle à votre collection.

Montre no 3 : le chronographe Patek Philippe à quantième perpétuel (réf. 5970)

Patek Philippe Perpetual Calendar Chronograph 5970
Chronographe Patek Philippe à quantième perpétuel (réf. 5970)  – voir les annonces sur Chrono24

Pour de nombreux collectionneurs, le chronographe Patek Philippe à quantième perpétuel référencé 5970 est un peu le Saint-Graal de l’horlogerie. Produit pendant sept ans uniquement (de 2004 à 2011), il s’agit de la plus courte période de production d’un chronographe à quantième perpétuel pour la manufacture, proposé avec une seule série de cadrans et de boîtiers. Disponible dans de nombreux métaux précieux (platine, or jaune, or blanc et or rose), son boîtier de 40 mm de diamètre est plus large que celui du modèle précédent (réf. 3970) mais de taille idéale pour une montre de soirée moderne.

Arborant un cadran contemporain parfaitement équilibré muni d’une échelle tachymétrique, on comprend aisément pourquoi les plus grands collectionneurs considèrent la référence 5970 comme la meilleure Patek Philippe jamais conçue.

Patek Philippe Perpetual Calendar Chronograph 5970
Chronographe Patek Philippe à quantième perpétuel (réf. 5970)

Mais cette montre ne plaît pas uniquement pour son esthétisme. La marque est célèbre pour ses chronographes à quantième perpétuel et la référence 5970 est le dernier modèle du genre à renfermer un calibre Lemania. Le modèle introduit par la suite (réf. 5270) contient en effet un mouvement chronographe entièrement conçu par Patek Philippe. Visible à travers un fond en verre saphir, le calibre CH 27-70 a été profondément modifié par Patek Philippe et affiné selon des standards particulièrement exigeants. Ce même mouvement a été utilisé dans la référence 3970, il se base sur le Lemania 2310, largement considéré comme l’un des meilleurs mouvements mécaniques au monde.

Les montres Patek Philippe étant considérées comme des investissements particulièrement sûrs, l’engouement pour la référence 5970 est indéniable. Si, pour des raisons évidentes, les modèles en platine sont souvent les plus demandés, il semble que les versions en or jaune soient en réalité les plus rares. Une chose est sûre, les prix de la référence 5970 ne feront qu’augmenter au fil du temps.


À propos de l'auteur

Tom Mulraney

J'ai grandi en Australie, où, dans les années 1980 et 1990, la communauté des amateurs de montres n'était pas très importante. Dans la ville où je vivais …

À propos de l'auteur

Derniers articles

Tropical-Dials-Magazin-2-1
06/01/2022
Conseils pour choisir sa montre
 3 minutes

Les montres à cadran tropical : sublimes ou horribles ?

Par Thomas Hendricks
Interview-Eric-Wind-Magazin-2-1
05/25/2022
Conseils pour choisir sa montre
 3 minutes

Les deux conseils d’Eric Wind aux collectionneurs : prenez-en de la graine

Par Thomas Hendricks
B_2_1
05/18/2022
Conseils pour choisir sa montre
 6 minutes

Cinq des meilleurs chronographes sur le marché actuel

Par Donato Andrioli

Zoom sur

Patek-Philippe-Nautilus-2-1
Audemars Piguet
 7 minutes

Les cinq montres les plus rentables à acheter en 2022

Par Jorg Weppelink
5-Rolex-Invest-2-1
Rolex
 6 minutes

Top 5 des Rolex dans lesquelles investir en 2022

Par Jorg Weppelink
Rolex-Datejust-2-1
Rolex
 6 minutes

Les 5 Rolex les plus abordables

Par Jorg Weppelink
Patek-Philippe-Nautilus-2-1
Audemars Piguet
 7 minutes

Les cinq montres les plus rentables à acheter en 2022

Par Jorg Weppelink
5-Rolex-Invest-2-1
Rolex
 6 minutes

Top 5 des Rolex dans lesquelles investir en 2022

Par Jorg Weppelink
Rolex-Datejust-2-1
Rolex
 6 minutes

Les 5 Rolex les plus abordables

Par Jorg Weppelink