Se connecter

Les jolies choses se font désirer

Tom Mulraney
29.11.2018
Photo : F.P. Journe

 

Dans notre société régie par Internet, les tendances vont et viennent à une allure folle. Vous vous souvenez de Damn Daniel ? Non ? Il est peut-être temps d’arrêter de lire des livres et de vous intéresser davantage aux réseaux sociaux. Chaque jour, un nouveau hashtag viral fait son apparition tandis que des milliers d’autres disparaissent, pour être remis au goût du jour 6 mois plus tard par des parents qui tentent de « se mettre aux réseaux sociaux ». Nous produisons et consommons les choses à une telle vitesse qu’il est presque impossible d’en profiter réellement. Cette mentalité a percé dans presque toutes les entreprises en lien direct avec le consommateur. Mais il existe de rares exceptions. Certaines personnes et entreprises tendent toujours à créer de jolis produits sans s’inquiéter de la durée de leur conception. Elles se moquent de notre bref temps d’attention. Elles savent bien que si leur produit vaut le détour, les gens attendront.

 

 

L’un des exemples actuels les plus parlants est celui de la haute horlogerie. Des marques telles que Patek Philippe, A. Lange & Söhne et F.P. Journe, entre autres, passent plusieurs années à développer de nouveaux modèles complexes. Et quand la recherche et le développement sont terminés et que la pièce est prête à partir en production, l’assemblage peut durer plusieurs jours, plusieurs semaines, et parfois même plusieurs mois. En conséquence, le volume de production annuelle est très bas et les listes d’attente chez les revendeurs attitrés peuvent s’allonger de plusieurs années. Et pourtant, les collectionneurs attendent. Et ils sont même contents de le faire. Pourquoi ? Car ils savent que les jolies choses se font désirer.

Dans cet esprit, voici trois modèles exceptionnels de haute horlogerie qui valent la peine d’attendre.

 

Patek Philippe réf. 5531R Répétition Minutes à Heure Universelle
Patek Philippe réf. 5531R Répétition Minutes à Heure UniversellePhoto : Patek Philippe

 

Patek Philippe réf. 5531R Répétition Minutes à Heure Universelle

Ayant fait son entrée au Baselworld de 2018, la Patek Philippe réf. 5531R Répétition Minutes à Heure Universelle est un garde-temps d’une exceptionnelle brillance technique. Cependant, laissons sa remarquable complexité mécanique de côté un instant et attardons-nous sur son magnifique cadran. En son centre, un sublime cadran en émail cloisonné représentant un paysage du vignoble en terrasses de Lavaux (dans le canton de Vaud, en Suisse), inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, devant lequel on distingue la voile d’une barque traditionnelle du lac Léman. Un émailleur hautement qualifié a besoin d’au moins deux semaines pour réaliser de chef-d’œuvre de seulement 17,1 mm de diamètre.

Les différents compartiments (cloisons) du motif doivent d’abord être modelés manuellement à l’aide de fines bandes de fil d’or aplaties qui sont fixées par leurs bords au substrat en or. Les cloisons sont ensuite remplies de peinture émaillée et cuites dans un four spécial à environ 850 °C. Ce processus est répété plusieurs fois. À chaque fois, l’artiste doit anticiper comment les fortes températures vont affecter la couleur de l’émail. Ainsi, des mélanges d’émail opaque, translucide et transparent sont appliqués et cuits couche après couche jusqu’à ce que l’œuvre d’art miniature soit terminée. Et nous n’avons même pas encore abordé le reste du cadran, ni la construction du boîtier ou le mouvement mécanique époustouflant qui l’anime, doté d’une complication de répétition minutes capable de sonner l’heure à la seconde près !

 

 

A. Lange & Söhne Richard Lange Quantième Perpétuel « Terraluna »

A. Lange & Söhne est célèbre pour ses montres compliquées et son attention quasi obsessive pour le détail. Pour n’en citer que deux, la Datographe et la Double Split. Là où les marques excellent véritablement (au-delà de la conception et de la finition de mouvements d’exception, bien évidemment), c’est quand elles rendent les choses compliquées relativement simples. Prenons la Richard Lange Quantième Perpétuel « Terraluna » pour exemple. Lancée en 2014, elle combine quantième perpétuel avec grande date, jour de la semaine, mois et année bissextile, et affichage orbital des phases de lune. Ajoutons à cela une réserve de marche de 14 jours et un échappement à force constante. Bien trop détaillée pour être passée en revue en quelques paragraphes, nous plaçons donc le curseur sur son exceptionnel affichage des phases de lune.

Placé sur la platine de base du mouvement, cet affichage se compose véritablement de trois disques représentant la Terre, le ciel et la Lune (le balancier doré étant le Soleil). Et pour cause, en plus d’afficher les phases de lune, il indique la position du Soleil et la position de la Lune par rapport à la Terre. La Lune est visible à travers une petite ouverture dans le disque céleste et poursuit une orbite autour de la Terre dans le sens antihoraire. La durée moyenne de lunaison (intervalle séparant deux nouvelles lunes) est de 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 3 secondes.

Entre-temps, le disque central de la Terre fait un tour complet sur lui-même en 24 heures. La partie journée fait face au Soleil (balancier), la partie nuit se trouve de l’autre côté. L’échelle 24 heures qui encadre la platine du mouvement offre une lecture rapide de l’heure qu’il est dans l’hémisphère nord. Fait incroyable, ce mécanisme ne nécessite pas de correction avant 1058 ans ! Les trois disques en solide or blanc ont subi un procédé de revêtement spécial qui absorbe tous les spectres de couleur non bleue. Résultat, le bleu est profond et le contraste avec les étoiles bien perceptible.

S’il ne s’agit pas d’une édition limitée au sens strict du terme, seuls quelques exemplaires sont produits chaque année en raison de l’extrême complexité que représentent la construction et l’assemblage. Notre conseil : si vous avez le budget, prenez la peine d’attendre car le jeu en vaut vraiment la chandelle !

 

F.P. Journe Sonnerie Souveraine
F.P. Journe Sonnerie SouverainePhoto : F.P. Journe

 

F.P. Journe Sonnerie Souveraine

F.P. Journe est une légende vivante pour les collectionneurs. Immédiatement reconnaissable à leur esthétique et complexité distinctives, ses créations sont particulièrement convoitées par les collectionneurs du monde entier. Le petit studio situé à Genève ne produit que 800 à 900 montres chaque année, et la plupart (sinon toutes) sont vendues un an ou plus avant leur sortie d’atelier. Il faudra vous armer de patience si vous désirez acheter l’une des montres de la manufacture. Mais un regard suffit pour comprendre que la Sonnerie Souveraine et son exceptionnel Calibre 1505 en valent vraiment la peine.

Résultat de six années de recherche et de développement, le Calibre 1505 est protégé par pas moins de 10 brevets. L’idée d’origine, selon Journe lui-même, était de créer une montre à sonnerie capable d’être utilisée sans problème par un enfant de 8 ans. Il s’agit là d’un défi assez inhabituel, que Journe associe même à l’un des plus compliqués de sa carrière. Le fait est qu’en raison de leur complexité, les montres à sonnerie sont susceptibles d’être endommagées si elles ne sont pas réglées correctement. L’autre objectif de Journe était d’économiser de l’énergie en maximisant l’efficacité mécanique du mouvement. Comme vous pouvez l’imaginer, les montres à sonnerie nécessitent beaucoup d’énergie au-delà de l’énergie standard nécessaire pour afficher l’heure avec précision.

Despite being mind-blowingly complex, the Sonnerie Souveraine is almost laughably easy to use (the pusher at 2 o’clock activates the minute repeater, while the pusher at 4 o’clock allows you to change between Sonnerie modes, from Grande to Petite to Silent.) It is not so easy, however, to put together. In fact, it takes a single watchmaker over three months to assemble all 582 components. That’s why only 4 pieces are made each year. We can’t even imagine what the waiting list must look like!

 

Lire la suite

Montres à sonnerie : bien plus qu’une alarme

Duel au sommet chez Chrono24 : la Patek Philippe Nautilus face à l’Audemars Piguet Royal Oak

Top 10 des montres les plus folles


Tom Mulraney
De Tom Mulraney
29.11.2018
Voir tous les articles

Zoom sur