Se connecter

Des montres qui en imposent : 4 modèles pour les poignets massifs

Pascal Gehrlein
13.01.2020
Des montres qui en imposent : 4 modèles pour les poignets massifs

 

Arnold Schwarzenegger et sa Audemars Piguet Royal Oak Offshore – oui, c’est la première image qui me vient à l’esprit quand j’évoque les grandes montres. Mais cette mode semble s’être estompée. Les puristes n’aiment pas qu’on leur dise que les montres suivent les tendances. Lors des deux salons horlogers majeurs de l’année, le SIHH et le Baselworld 2019, cette catégorie de montres a fait son grand retour. Aux côtés de modèles d’inspiration vintage comme la Breitling Navitimer et de la continuité de la tendance bronze, on a également vu la taille des boîtiers de nombreux modèles réduire. Cette tendance a gagné en popularité ces dernières années. Cependant qui dit tendance, dit forcément contre-tendance. Nous avons sélectionné pour vous des montres de plus de 41 mm de diamètre qui viennent combattre cette mode, comme Terminator contre Skynet. Pas de panique, nous en avons fini avec les allusions à Terminator ! Rentrons dans le vif du sujet :quelles grandes montres se font particulièrement remarquer dans cette jungle des petits modèles ?

 

A. Lange & Söhne Zeitwerk
A. Lange & Söhne Zeitwerk

Lange und Söhne Zeitwerk

Difficile de faire la transition entre Terminator et l’A. Lange & Söhne Zeitwerk. On n’associe en effet pas automatiquement le diamètre de la Zeitwerk à la force, la virilité et autres qualificatifs marqués. Si le boîtier de cette montre est grand, il l’est avant tout pour des raisons pratiques : le calibre a besoin d’espace. De beaucoup d’espace, 44,2 mm pour être plus précis. Cette particularité mise à part, ce modèle fait preuve d’élégance et d’excentricité, à l’image des autres montres de la manufacture allemande. Pas dans son design, plutôt dans sa fonctionnalité. Première montre avec affichage sautant et répétition décimale des minutes, elle n’attire pas uniquement l’œil en raison de sa taille, mais aussi par sa manière acoustique d’indiquer l’heure. Le propriétaire de la montre profite de ce spectacle grâce aux deux marteaux sur le cadran. Ce dernier est en argent massif, le boîtier est en platine et les aiguilles en or rhodié. Une montre qui en impose sous tous ses aspects. Tout comme son prix : la référence 147.025 coûte en effet près de 300 000 € sur Chrono24, soit environ 7 000 € par millimètre de diamètre.

 

IWC Big Pilot
IWC Big Pilot

 

IWC Big Pilot

On pourrait me reprocher de faire dans la facilité en choisissant une montre qui affiche l’adjectif « grande » dans son nom. Quand bien même, l’IWC Grande Montre d’Aviateur a toute sa place dans cette liste. Depuis 1940, la Grande Montre d’Aviateur fait partie des modèles phares de la marque suisse sise à Schaffhouse dont elle continue à façonner l’image. Si le modèle d’origine en imposait avec son boîtier de 55 mm de diamètre, les exemplaires actuels mesurent dans les 46 mm. Si on la compare à ses concurrentes, le boîtier n’est pas la seule caractéristique que l’on remarque sur cette montre. La couronne conique y est aussi pour beaucoup. Elle a, ou avait, également une fonction pratique : être particulièrement maniable pour les pilotes. Si la taille ne fait pas tout, laissez-vous séduire par la référence IW501005. Ce modèle limité à 1 500 exemplaires affiche un boîtier en bronze de 46 mm de diamètre qui se teintera d’une patine si caractéristique au fil du temps. Animé par le calibre automatique IWC 52110 inspiré du mouvement IWC 52010, ce modèle affiche une réserve de marche de 168 heures. Impressionnant, n’est-ce pas ? J’imagine néanmoins que rares sont les personnes à vouloir délibérément laisser ce bijou de côté pendant toute une semaine. Le boîtier en bronze s’associe parfaitement bien au bracelet en cuir de veau, une combinaison qui rend également hommage à la mention « Heritage » contenue dans le nom de la montre.

 

Zenith el Primero Defy 21
Zenith Defy El Primero 21

 

Zenith Defy El Primero 21

S’il fallait classer les montres selon la longueur de leur numéro de référence, celle-ci arriverait forcément en tête. La référence 10.9000.9004/96.R921 est une montre de 44 mm que l’on verrait très bien intégrer le poignet d’un basketteur, d’un rappeur ou d’un acteur. Zenith est-elle agacée de se faire voler la vedette par Audemars Piguet & Co. dans cette catégorie de montres ? La question reste entière. Une chose est sûre, la Zenith Defy El Primero 21 se remarque sur le poignet. Le boîtier est entièrement en carbone, ce qui inclut évidemment les poussoirs et la couronne ! Seuls le bracelet en caoutchouc et le fermoir ne sont pas fabriqués dans ce matériau particulièrement innovant, mais conservent néanmoins son esthétique. L’El Primero est un chronographe particulier : si son design se remarque, l’intérieur de la montre n’est pas en reste. Beaucoup qualifient le calibre de « révolutionnaire », un avis que je partage absolument. Le calibre El Primero est très largement reconnu pour son extrême précision. En l’observant à travers le fond en verre saphir, on comprend immédiatement pourquoi le Primero 9004 impressionne. En effet, la fréquence de ce nouveau calibre inscrit le chronographe dans une toute autre dimension. Précis au centième de seconde, ce mouvement chronographe oscille à la fréquence encore jamais égalée de 360 000 alternances par heure. Résultat, l’aiguille réalise sa course tout en douceur sur le cadran squeletté. Il faut le voir pour le croire ! Vous l’aurez compris, La Zenith El Primero n’est pas seulement grande par sa taille, mais aussi pour tout ce qui s’y passe à l’intérieur et mérite ainsi parfaitement d’être citée dans cette liste.

 

 

Hublot Classic Fusion
Hublot Classic Fusion

 

Hublot Classic Fusion

Rares sont les marques à attirer autant l’attention que la manufacture Hublot, ressuscitée par Jean-Claude Biver. Comme la Zenith, la Classic Fusion Titanium référencée 521.NX.1171.LR est un chronographe. Elle bat au rythme du calibre Hublot 1143 inséré dans un boîtier acier de 45 mm de diamètre. Si le professionnalisme technique de ce modèle n’est pas comparable à celui de la Zenith Defy El Primero, la forme du boîtier titane et le bracelet en caoutchouc affiche quelques similitudes. Le calibre oscille certes à 28 800 alternances par heure mais côté design, la touche de glamour de cette Hublot prend selon moi l’avantage. Le boîtier rond avec ses six vis saillantes fait partie des caractéristiques emblématiques de la Classic Fusion. Malgré tout, ce garde-temps s’illustre par sa sobriété dans l’univers de Hublot. Pas de cadran squeletté, ni de couleur voyante sur ce modèle. Le boîtier en titane poli et satiné affiche des allures moins sportives que les montres de la série Big Bang par exemple. Et ce, même si le cadran noir est équipé de compteurs du chronographe et de la date à 6 heures. La Classic Fusion est étanche à seulement 50 m, mais son bracelet en cuir de crocodile ne lui permet de toute façon pas d’être utilisée en toutes circonstances, et encore moins sous l’eau.

 

En bref :

La tendance oversize, qui aurait atteint son paroxysme au début des années 2000 avec des diamètres extravagants, semble avoir désormais plus ou moins disparu. C’était sans compter sur les marques qui aiment nager à contre-courant. Mode ou non, certains poignets ne sont tout simplement pas faits pour arborer des montres aux dimensions aussi traditionnelles que celles de la Datejust des années 1960-1970. Rien à voir non plus avec l’envie d’attirer l’attention à tout prix. Comme nous avons pu le constater en évoquant ces quatre modèles, plusieurs fonctionnalités requièrent un certain espace. Et pour les montres qui ne peuvent pas s’appuyer sur cet argument, tant que le propriétaire y trouve son compte, pourquoi faudrait-il rechigner à porter des modèles plus grands ?

 

Lira la suite : 

3 bonnes raisons de crâner avec ces montres qui attireront tous les regards

Trouvez la montre qui correspond à votre style

Le luxe à petit prix : nos 5 montres préférées à moins de 1 600 euros


Pascal Gehrlein
De Pascal Gehrlein
13.01.2020
Voir tous les articles

Zoom sur