03/07/2023
 5 minutes

5 choses à savoir avant d’acheter une Rolex Explorer

Par Jorg Weppelink
Rolex-Explorer-2-1

Tous les passionnés de montres ont entendu parler de l’iconique Rolex Explorer. Si vous faites vos premiers pas dans l’univers de l’horlogerie, ne vous inquiétez pas : vous ferez rapidement connaissance avec la Rolex Explorer. La montre est immédiatement reconnaissable grâce à la disposition de son célèbre cadran 3, 6, 9. Si ce modèle lancé en 1953 a fait l’objet de plusieurs déclinaisons présentant toutes des mises à jour modernes, son caractère et son design uniques identifiables au premier coup d’œil ont été conservés. Nous avons établi une liste de cinq anecdotes sur la Rolex Explorer qui devraient vous plaire si vous souhaitez en savoir plus sur la Rolex Explorer ou si vous envisagez d’en acheter. Même si vous êtes un fin connaisseur de la marque à la couronne, je suis sûr que vous apprécierez la lecture de cet article.

1. La Rolex Explorer n’a pas été la première montre à conquérir l’Everest

La Rolex Explorer a été lancée en 1953, l’année de la conquête du mont Everest par Sir Edmund Hillary et Tenzing Norgay. L’Explorer a toutefois été mise sur le marché à l’été 1953, soit plusieurs semaines après l’ascension historique du 29 mai 1953. Bien que Hillary et Norgay possédaient tous deux des montres Rolex qui leur avaient été offertes un an auparavant, les références que les deux hommes portaient réellement lors de leur ascension de l’Everest ont fait l’objet de nombreux débats.

On suppose généralement qu’Hillary portait sa Smiths Deluxe A409 et avait laissé sa Rolex réf. 6098 « Bubbleback » au camp de base. Norgay possédait bel et bien une Rolex Datejust en or, mais ne la portait a priori pas le jour où il a atteint le sommet. Sur les photos, on aperçoit en effet une montre en acier inoxydable et non une Rolex en or à son poignet. Les deux hommes n’ont jamais prétendu avoir emmené leur Rolex au sommet de l’Everest, mais Rolex et l’Explorer sont à jamais liées à la montagne et à l’exploit de Hillary et Norgay grâce à un coup marketing de Rolex. Même si nous savons maintenant avec certitude que les premiers garde-temps à admirer le sommet de l’Everest n’étaient pas signés Rolex, les affiches publicitaires créées lors de la sortie de la montre, soit l’été suivant la première ascension, étaient à couper le souffle et ont fait forte impression.

2. La Rolex Explorer n’a pas été la première montre Rolex dotée de l’emblématique cadran Explorer 3, 6, 9

La Rolex Explorer est connue pour son emblématique cadran 3, 6, 9 dit « Explorer ». La première Rolex Explorer réf. 6350 présentée en 1953 n’était toutefois pas la première Rolex dotée de ce cadran : cet honneur revient en effet à la Rolex Pre-Explorer référence 6150, dont le cadran ne présente qu’une seule différence avec celui de la référence 6350.

Alors que la partie inférieure du cadran de la référence 6150 indique le terme « Precision », la référence 6350 portait le mot « Explorer ». Le cadran Explorer 3, 6, 9 a donc fait sa première apparition bien avant la Rolex Explorer. Le mouvement utilisé pour la réf. 6150 n’était par ailleurs pas certifié chronomètre, ce qui est le cas de toutes les Explorer à partir de 1953. C’est pourquoi de nombreux collectionneurs considèrent que, malgré le même boîtier de 36 mm, les mêmes caractéristiques et le même design de cadran, la réf. 6150 n’est pas une véritable Explorer.

Rolex 6150 Pre-Explorer
Rolex 6150 Pre-Explorer

3. La Rolex Explorer référence 1016 n’est pas la référence Rolex à la durée de production la plus longue

Certaines références Rolex, principalement des modèles de la fin des années 1950 et du début des années 1960, ont été fabriquées pendant plus de deux décennies. Parmi les exemples les plus connus, citons la Rolex Submariner réf. 5512 et la GMT-Master réf. 1675, qui sont toutes deux restées au programme de la marque 1959 à 1980. La Rolex Explorer réf. 1016 a cependant été produite pendant une période plus longue, de 1963 à 1989. Au cours de ces 26 ans, Rolex s’est contentée de modifier la matière lumineuse du cadran et les autres caractéristiques de la montre n’ont que très peu changé.

L’Explorer réf. 1016 ne détient toutefois pas le record de la production la plus longue : la Rolex Air-King réf. 5500 a été lancée en 1957 et a été définitivement abandonnée par Rolex en 1989, soit un règne de 32 ans. Au cours de cette période, Rolex a proposé la réf. 5500 avec un cadran Explorer. La référence 5500 de l’Air-King est donc quasiment identique à l’Explorer 1016, la seule différence résidant dans le boîtier de 34 mm (contre 36 mm pour la référence 1016). Si le lien entre Explorer et l’Air-King 5500 est donc indéniable, seule cette dernière peut se vanter de détenir la plus longue production de tous les modèles Rolex.

Rolex Explorer Ref. 1016
Rolex Explorer réf. 1016

4. La Rolex Explorer réf. 214270 de 39 mm se décline en deux versions différentes

La plupart des fans de Rolex le savent, mais si vous êtes nouveau dans l’univers Rolex, vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’il existe deux versions de la Rolex Explorer réf. 214270 on ne peut plus différentes l’une de l’autre. La nouvelle Explorer sortie en 2010 mesure 39 mm de diamètre, soit 3 mm de plus que les modèles précédents. Cette version plus grande de la Rolex Explorer n’était toutefois pas aussi harmonieuse que les autres créations de la marque. Les deux principaux points faibles de cette version étaient l’absence de matière lumineuse dans les chiffres 3, 6 et 9 du cadran et un jeu d’aiguilles trop petit et trop fin, qui n’a pas été adapté à l’augmentation du diamètre du boîtier.

Les collectionneurs surnomment ce cadran « Mark 1 ». Rolex a alors proposé une autre variante de la montre, munie d’un nouveau cadran comportant des inserts lumineux pour les chiffres ainsi qu’un jeu d’aiguilles plus longues assurant un meilleur équilibre du cadran. S’il semble évident que cette nouvelle variante est la plus intéressante, nous savons toutefois que les fans de Rolex sont férus d’erreurs de production et autres fantaisies, qui présentent généralement une meilleure évolution de la valeur au fil des années. L’Explorer réf. 214270 Mark 1 pourrait bien surfer sur cette tendance.

The Rolex Explorer ref. 214270
Rolex Explorer réf. 214270 Mark 1

5. La référence 124273 est la première Explorer en or et en acier

La marque décide finalement, pour le plus grand bonheur des fans, de revenir à la fidèle taille de 36 mm pour la réf. 124270. Rolex a également lancé une version or et acier du modèle, signant ainsi la toute première utilisation de métaux précieux pour l’Explorer. Si l’or et la combinaison or-acier ne sont pas inconnus des modèles sportifs de Rolex, l’Explorer et l’Explorer II n’étaient auparavant disponibles qu’en acier inoxydable.

Cette version bicolore n’a toutefois pas fait immédiatement l’unanimité. Le manteau luxueux soudain revêtu par l’Explorer, une montre normalement ultra-fonctionnelle, n’était pas au goût de tous. Je suis convaincu que la réf. 124273 finira par recevoir l’attention qu’elle mérite. Ce manque d’intérêt présente toutefois un avantage non négligeable : vous avez la possibilité d’acheter l’Explorer bicolore sur Chrono24 à un prix inférieur à son prix catalogue actuel, un fait assez rare sur le marché actuel pour être souligné. Le moment idéal pour envisager l’achat de la dernière venue dans la famille des Rolex Explorer !

The Rolex Explorer ref. 124273: the first two-tone Explorer
Présentée en 2021, la Rolex Explorer réf. 124273 est la première Explorer bicolore jamais produite.

À propos de l'auteur

Jorg Weppelink

Bonjour, je m'appelle Jorg et j'écris des articles pour Chrono24 depuis 2016. Ma collaboration avec Chrono24 a cependant commencé plus tôt, lorsque j'ai commencé …

À propos de l'auteur

Derniers articles

Les montres Breitling les plus abordables
02/22/2024
Modèles
 4 minutes

À la recherche des montres Breitling les plus abordables, à moins de 5 000 €

Par Donato Emilio Andrioli
2-1-Top-3
01/17/2024
Modèles
 6 minutes

Cinq montres à cadran Explorer (hors Rolex)

Par Sebastian Swart
ONP-783-2-1
01/16/2024
Modèles
 6 minutes

Montres à cadran rose : coup de génie ou faute de goût ?

Par Pascal Gehrlein