Se connecterSe connecter
7.172 montres pour "

Panerai

"
Marque
Modèle
Prix
Diamètre
Année
Lieu
Plus
Votre sélection

Votre sélection

Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Votre sélection

Votre recherche n'a donné aucun résultat.
Données générales
Type de montre
Référence
Plus ...
Neuve/Occasion
Disponibilité
Sexe
État
Plus ...
Contenu livré
Caractéristiques & fonctions
Mouvement
Boîtier
Plus ...
Cadran
Plus ...
Verre
Plus ...
Complications
Plus ...
Hauteur
Plus ...
Matériel lunette
Plus ...
Chiffres du cadran
Étanche
Plus ...
Autres
Plus ...
Bracelet
Matière du bracelet
Plus ...
Largeur entrecorne
Plus ...
Couleur du bracelet
Plus ...
Matériel de verrouillage
Plus ...
Annuler

Trier par

Panerai Luminor GMT PAM 00088 44mm Panerai Luminor GMT PAM 00088 44mm Prête à être expédiée 4.500  FR

Panerai: le mythe à l'italienne

La manufacture Panerai est célèbre pour ses montres militaires à l'esthétique prononcée, équipées d'un pont protège-couronne. Elles sont fonctionnelles, précises et résistantes. Leurs dimensions et leur design incomparables attirent tous les regards.

De par son design unique, une Panerai attire tous les regards. De 42 à 48 mm, les garde-temps sont imposants et s'inspirent des premières versions développées entre 1930 et 1950. À l'époque, le fabricant approvisionne la Marine royale italienne en instruments de plongée. On remarque d'emblée le pont protège-couronne des modèles Luminor. Grâce à ce dispositif, la couronne est constamment verrouillée contre le boîtier au style coussin, ce qui la préserve des chocs et de l'eau. Pour les besoins du film Daylight, l'acteur italo-américain Sylvester Stallone commande une édition spéciale de la Luminor. C'est ainsi que naquit la Slytech. Figure emblématique de la série des Terminator, Arnold Schwarzenegger porte une Luminor Marina dans le film L'Effaceur.
La Radiomir ne possède pas de pont protège-couronne. Figurant au catalogue depuis 1936, c'est la première montre-bracelet du fabricant. Officine Panerai, nom complet de l'entreprise, a développé ce garde-temps à la demande de la Marine italienne. Son boîtier mesurant 47 mm de diamètre, cette montre ressemble à une version agrandie de la Rolex Oyster, dont Panerai s'est largement inspirée. La marque compte actuellement quatre collections : Radiomir, Radiomir 1940, Luminor et Luminor 1950. 1940 et 1950 font référence aux premiers modèles du fabricant : elles se composent de modèles rétro aux spécificités esthétiques. La marque propose également des chronographes, des montres à 3 aiguilles avec second fuseau horaire, des versions équipées de tourbillon, le remontage peut être manuel ou automatique. Panerai a été rachetée par le groupe Richemont en 1997. Depuis 2002, la manufacture se situe à Neuchâtel en Suisse.

Panerai : une esthétique à part entière

La conception des Radiomir et des Luminor n'a presque pas changé au cours des 70 dernières années. C'est cette cohérence qui a mené l'entreprise sur le chemin du succès et lui a permis de fidéliser les fans de la première heure. Les fameux "Paneristi", comme on surnomme les amateurs de la marque, ne jurent que par ces montres robustes en acier inoxydable et aux cadrans parfaitement dégagés. Des boîtiers style coussin aux chiffres arabes de forme arrondie, l'esthétique des montres demeure presque inchangée. Les montres de plongée misent tout sur leur fonctionnalité. Elles devaient en effet répondre aux exigences des nageurs de combat de la Marine royale italienne formulées dans les années 1930, puis à nouveau dans les années 1950. Aujourd'hui encore, les montres se plient à ces critères : leurs cadrans noirs, leurs chiffres et leurs aiguilles particulièrement clairs et lumineux ainsi que leur pont protège-couronne correspondent toujours parfaitement aux prérogatives de l'armée. Panerai en a fait sa marque de fabrique.

Des calibres made in Panerai

Depuis 2005, Panerai fait partie des fabricants suisses les plus raffinés, méritant ainsi le statut de manufacture. Avant cela, l'entreprise faisait fabriquer ses calibres par d'autres manufactures. La plupart étaient conçus par ETA, qui appartient au groupe Swatch. La marque a également fait appel à Zenith ou Jaeger-LeCoultre. Le Valjoux 7750 (sans fonction chronographe) ainsi que le calibre à remontage manuel Unitas 6497 étaient les plus couramment employés.
En 2005, le mouvement à remontage manuel P.2002 insuffle une nouvelle dynamique. Il s'agit du premier calibre conçu par la manufacture. Il se compose de 247 pièces, mesure 31 mm de diamètre et 6,6 mm de hauteur. Trois barillets montés en série permettent à la montre d'atteindre une autonomie remarquable de 8 jours, matérialisée sur le cadran par un indicateur linéaire. La fréquence du balancier est de 4 Hz, soit 28 800 alternances par heure (A/h). Le dispositif de remise à zéro des secondes permet la synchronisation parfaite de la montre. Lors du réglage, l'aiguille des petites secondes (située à 9 heures) se met automatiquement en position 0 pour tendre vers 10 heures. L'heure est ainsi réglée à la seconde près. Le calibre dispose également d'une fonction GMT avec indicateur des 24 heures et réglage rapide de l'heure locale. Le guichet de la date se situe à 3 heures.
Le calibre P.2003 est la version automatique du P.2002. Le mouvement se compose de 296 pièces, il mesure 31 mm de diamètre et 8 mm d'épaisseur. Actionné par une masse oscillante montée sur un roulement à billes armant les ressorts-moteurs des barillets dans les deux sens de rotation, le mouvement fait 1,4 mm de plus que son prédécesseur et porte l'inscription "Officine Panerai". Il est doté d'une réserve de marche de 10 jours.
Le P.2004 quant à lui, est idéal pour les chronographes à remontage manuel. 321 composants pour une épaisseur de 8,2 mm. Un unique poussoir situé à 8 heures assure les fonctions de départ, d'arrêt et de remise à zéro. Comme le P.2002, la réserve de marche de ce calibre à remontage manuel est de huit jours. C'est le premier mouvement chronographe conçu par Panerai. La fonction GMT et l'affichage de la date en font également partie.

Le calibre P.2005 : l'introduction du tourbillon

Le calibre P.2005 à remontage manuel est un chef d'œuvre de l'horlogerie. Il se caractérise par un tourbillon. À l'origine, le tourbillon a été inventé pour limiter les écarts de précision des montres transportées à la verticale dans les poches de veste. Abraham-Louis Breguet a développé ce mécanisme au début du XIXe. Il a réuni le système d'oscillation et d'échappement dans une cage tournante, qui effectue un tour sur elle-même par minute. Cette rotation constante du balancier et de l'échappement permet de corriger les erreurs dues à la gravité. La particularité du P.2005 : la cage qui contient le groupe balancier-échappement tourne le long d'un axe perpendiculaire à celui du balancier, et non parallèle comme c'est d'ordinaire le cas. De plus, elle effectue sa rotation en 30 secondes. Cette disposition et cette vitesse de rotation compensent encore davantage les écarts de fonctionnement. La réserve de marche de ce calibre - composé de 239 pièces - est de six jours. Comme le tourbillon, son indicateur est visible sur le fond de la montre. Une représentation inhabituelle, puisqu'on la retrouve habituellement côté cadran.

La tradition depuis 1860

C'est en 1860 que débute l'histoire de la manufacture Panerai. Cette année-là, Giovanni Panerai ouvre un petit atelier à Florence, qui accueille également la première école d'horlogerie de la ville. Avec sa boutique, Panerai a l'intention de remettre le savoir-faire horloger de Léonard de Vinci et de Galilée à l'honneur. De nombreux documents originaux ont été détruits lors des inondations de Florence en 1966, il est donc difficile de retracer l'histoire de la manufacture. Néanmoins, une chose est sûre : au début du XXe siècle, la manufacture porte le nom d'"Orologeria Svizzera" (Horlogerie Suisse). À partir de 1920, le fils Leon Francesco prend la tête de l'entreprise familiale. Son fils Guido fait également son entrée dans la société. À l'origine, il s'agissait d'importer des montres suisses. Afin de limiter les frais de douane au maximum, les garde-temps étaient livrés en pièces détachées. L'assemblage et le réglage des montres avaient lieu dans l'atelier. Pour cela, Panerai emploie des employés spécialisés, formés dans sa propre école d'horlogerie.
Au début du XXe siècle, l'"Orologeria Svizzera" était considérée comme le meilleur horloger de Florence. Au-delà de la distribution de marques d'exception telles que Jaeger-LeCoultre, Ulysse Nardin, Vacheron Constantin et Rolex, l'entreprise familiale se lance dans le détail de montres et d'accessoires. Une seconde branche de l'entreprise se tourne vers l'orfèvrerie et d'autres horlogers. Parmi la clientèle de Panerai, on compte des célébrités, la bourgeoisie florentine et même la famille royale italienne.

Collaboration avec la Marine royale italienne

L'armée italienne fait partie de la clientèle de la marque depuis 1910. Une lettre de Giuseppe Panerai adressée à l'amiral des forces armées atteste du début de leur collaboration cette année-là. L'Officine se charge tout d'abord de la livraison de chronographes de poche. Entre 1910 et 1914, la marque et l'officier Carlo Ronconi s'associent pour développer des appareils fluorescents. À base de radium, la poudre luminescente qui en résulte brille également dans le noir. Cette nouvelle matière passant les différents tests de la Marine avec succès, plusieurs contrats s'ensuivent. C'est dans un brevet déposé en France en 1916 qu'apparaît pour la première fois l'appellation Radiomir, formée à partir des mots italiens "radio" (radium) et "mira" (viseur). Les années suivantes, Panerai approvisionne l'armée italienne en boussoles, baromètres, profondimètres, torches sous-marines et autres instruments.
Trois ans avant le début de la seconde Guerre Mondiale en 1939, Panerai met au point le premier prototype de la Radiomir. Après avoir testé plusieurs montres destinées à une utilisation sous-marine, le choix des commandos italiens se porte sur la Panerai Radiomir. La montre résiste aux épreuves du jour et de la nuit. Son boîtier mesure 47 mm de diamètre. Sur le cadran se mêlent chiffres arabes et romains, le 12 est représenté par un triangle. Seuls dix prototypes de cette montre étanche furent produits en 1936.
À partir de 1938, la Radiomir devient le solide compagnon des nageurs de combats du groupe Gamma. Le modèle connaît quelques améliorations. Le 3, le 6, le 9 et le 12 s'affichent désormais en chiffres arabes sur le cadran. La conception même du cadran est sujette à innovation : deux plaques superposées, présentant une structure en sandwich, viennent remplacer la surface métallique simple. La couche du dessous est recouverte de Radiomir". Sur la plaque du dessus, on retrouve les chiffres et les index des heures. La substance luminescente était si puissante que les plongeurs devaient, par mesure de sécurité, régulièrement cacher leur montre afin d'éviter d'être découverts. Le boîtier sera modifié dans les années 1940. Les cornes sont entre autres optimisées pour offrir une meilleure étanchéité à la montre. La couronne conique est remplacée par une couronne cylindrique. La montre est alors équipée du calibre Cortébert 620.
Dans le courant des années 1940, Panerai développe une pièce qui s'imposera comme caractéristique de la marque : le pont protège-couronne en forme de demi-lune. En maintenant la couronne contre le boîtier, il empêche l'eau de pénétrer à l'intérieur de la montre et protège efficacement le mécanisme des chocs et de l'usure. Il équipe les modèles de la collection Luminor. À base de tritium, la nouvelle masse luminescente "Luminor" est introduite à la fin des années 1940. Elle remplace la substance radioactive "Radiomir" utilisée jusque là. Le calibre à remontage manuel Cortébert reste quant à lui de mise.

Panerai : une success-story

La manufacture de luxe Panerai se distingue par de grandes montres-bracelets imposantes. Un design cohérent et le protège-couronne unique en forme de poignée participent à son image de marque, qu'aucun passionné de montres n'oserait entacher. Conformes aux exigences militaires, les garde-temps séduisent par leur fonctionnalité et leur clarté. Des stars du box-office comme Sylvester Stallone ou Arnold Schwarzenegger ont contribué au succès de la marque. Le rachat de l'entreprise par le groupe Richemont en 1997 lui a apporté une réelle souplesse financière. De nouvelles perspectives de marketing et de développement se sont ouvertes, permettant à l'entreprise de concevoir ses premiers calibres en interne. Les modèles des collections Radiomir et Luminor sont aujourd'hui bien plus que des montres militaires. Ces montres font désormais la joie des citadins, des designers et même des chefs étoilés.